Etudes d’ostéopathie : France ou G.B. ?

De plus en plus populaire, bénéficiant d’une  reconnaissance accrue et pratiquée internationalement, l’ostéopathie attire de nombreux jeunes qui ne souhaitent pas entamer de longues études de médecine. L’Echo fait le point sur le statut des ostéopathes et les formations proposées en France et en GB.

Possible – et remboursé par la Sécurité Sociale – pour tout médecin qui en fait son orientation (au même titre que l’acuponcture ou l’homéopathie), l’exercice de l’ostéopathie par un non-médecin n’est légal en France que depuis 2002. Les décrets d’application fixant le champ d’intervention et  le contenu de la formation ne sont parus qu’en septembre 2007, retardant l’organisation de la profession. Après de multiples tractations entre les représentants des diverses professions médicales et para-médicales, les ostéopathes français non médecins peuvent désormais être consultés en première intention, mais ne peuvent intervenir sur le râchis cervical et l’abdomen ainsi que sur  les nourrissons de moins de 6 mois sans une autorisation médicale indiquant l’absence de contre-indication. Leurs consultations ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale (mais par de nombreuses mutuelles). La formation légale des non-médecins dure 3 ans et est  accessible aux bacheliers et dispensée dans le cadre d’établissements privés agréés par l’Etat. Les études durent généralement  5, voire 6 ans car la plupart des bonnes écoles ont généralement choisi de conserver leur ancien cursus qui inclut les techniques crânienne et viscérale, de même qu’une année de pratique en clinique. Admission sur dossier et entretien, toutes sections. Coût : environ €7200/an.

Reconnue en GB depuis 1993, l’ostéopathie est largement pratiquée, essentiellement dans un cadre privé (mais remboursée dans  tous les « health plans »).  Comme en France, certains médecins choisissent de s’orienter vers l’ostéopathie, mais 95% des practiciens sont non-médecins. La formation s’effectue en 4 ans à l’université et se solde par l’obtention d’un «Bachelor of Osteopathy ». Comme pour toute université, l’inscription s’effectue via le site  UCAS  (avec un entretien) et le coût est de £3070/an. Il est préférable d’avoir un bac S avec de bonnes notes en physique et biologie.

Reconnaissance des diplômes

Un ostéopathe formé en GB peut exercer en France après avoir fait agréer ses diplômes par la DRAS (Direction Régionales des Affaires Sanitaires et  Sociales). Cette procédure ne pose normalement pas de problème.

Un ostéopathe formé en France peut exercer en GB s’il s’inscrit au registre national des ostéopathes, mais la procédure de reconnaissance des diplômes est très stricte.

Liste des écoles agréées

–          En France : site de la DRASS Ile de France.

–          En GB : site du General Osteopathic Council

TEMOIGNAGES

Alice, ancienne élève du lycée, en TES, qui a choisi d’effectuer ses études en France : « la formation reçue en France est plus complète. Le cursus que j’ai choisi s’étale sur 5 ans avec  une moyenne de 32 h de cours par semaine, et une année de stage pratique en clinique »

Chloé, ancienne élève du lycée, étudiante actuellement à l’école d’ostéopathes de Maidstone dans le Kent : « J’ai choisi la GB car je travaille actuellement en Irlande et je veux continuer à parler anglais dans mon  métier pour avoir plus d’ouverture et d’opportunités par la suite . DE plus, Maidstone est considérée comme l’une des meilleures écoles d’Europe (si ce n’est la meilleure). Pour couronner le tout, le cursus est plus court et moins cher qu’en France ».

Julien Pargade, ostéopathe français exerçant à Londres et enseignant à Maidstone : « Les études durent 4 ans en GB contre 5 en France mais le nombre d’heures de formation est équivalent car les Anglais ont moins de vacances. Il est plus facile de se faire reconnaître en tant qu’ostéo anglais en France que l’inverse. L’ostéopathie française est encore en cours d’organisation du fait de la parution seulement l’année dernière des décrets d’application de la loi de 2002. Les ostéopathes français subissent parfois la concurrence déloyale des kinés qui peuvent faire rembourser certaines consultations. »

Cet article, publié dans Médecine, Ostéopathie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s